October 1, 2022
Vers davantage de zoonoses, avec le risque de nouvelles pandémies

« L’interface entre l’homme et l’animal est devenue assez instable », s’alarme le Dr Mike Ryan, responsable des situations d’urgence à l’OMS. « Les facteurs d’émergence et d’amplification de maladies ont augmenté. On vient de le voir avec la variole du singe, mais pas seulement », met-il en garde.

Cette variole du singe – « monkeypox » en anglais – causée par un virus transmis à l’homme par des animaux infectés – le plus souvent des rongeurs – est le dernier exemple en date de la multiplication de ces zoonoses. Avant, il y avait eu le MERS-CoV, Ebola, Zika, la covid-19… Toutes des maladies infectieuses que les animaux vertébrés peuvent transmettre aux humains. Certaines finissent même par devenir spécifiquement humaines, à l’image du coronavirus.

D’après l’Organisation mondiale de la santé animale, environ 60 % des maladies émergentes sont d’origine zoonotique. Apparues il y a des milliers d’années, depuis que l’homme a intensifié ses interactions avec les animaux en les domestiquant, elles ont vu leur fréquence beaucoup augmenter ces 20 ou 30 dernières années.

En cause, « l’intensification des voyages, qui leur permet de se diffuser plus rapidement et de manière incontrôlée », souligne Marc Eloit, responsable du laboratoire Découverte de pathogènes à l’Institut Pasteur.

» continue to Le Télégramme