October 4, 2022
Variole du singe : le profil type des patients atteints du virus identifié

Ce vendredi 3 juin, Santé Publique France a pu enfin identifier un profil type de patients avec 51 cas avérés en France. Une première depuis l’apparition du virus.

Après l’épidémie de Covid-19 qui paralyse le monde depuis plus de deux ans, place à la variole du singe qui s’est progressivement installée en France ces dernières semaines. Pas moins de 51 cas avérés ont été recensés par les autorités sanitaires. Si le virus inquiète particulièrement la population, un communiqué de Santé Publique France a levé le voile sur le profil des patients contaminés. Ce qu’il faut savoir sur cette maladie infectieuse venue d’Afrique.

Dans son communiqué publié le 3 juin 2022, Santé Publique France a apporté des précisions quant au profil type des patients atteints de la variole du singe. Les autoritaires sanitaires constatent qu’il s’agissait pour le moment uniquement d’hommes, âgés entre 22 et 63 ans. Parmi les cas recensés en France “Deux sont immunodéprimés, un a été hospitalisé mais ne n’est plus à ce jour, aucun n’est décédé” ont précisé les médecins. Une autre observation a été établie pour étayer le profil type. Une grande majorité des malades sont des hommes ayant eu des relations sexuelles avec une personne du même sexe. Peut-on considérer la variole du singe comme une IST ? “À ce jour, le monkeypox n’est pas considéré comme une IST, c’est une maladie dont la transmission se fait principalement par contact direct d’une peau ou d’une muqueuse lésée, avec une peau ou une muqueuses et également par gouttelettes” a expliqué Alexandra Mailles, épidémiologistes à Santé Publique France avant d’ajouter que “ce n’est pas le rapport sexuel en tant que tel qui est mis en cause, mais le contact avec les lésions au cours du rapport” dans un communiqué paru le 2 juin 2022.

Tandis que la variole du singe progresse, la nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, a tenu à rassurer les Français quant à la réelle propagation du virus. “On n’attend pas de flambée de la maladie. On prend les mesures qui s’imposent : la vigilance qu’il faut avoir dans ce cas, c’est un virus qu’on ne voyait plus en Europe. Des recommandations ont été apportées aux professionnels de santé, aux établissements pour repérer, détecter, signaler et isoler les cas à domicile.” a déclaré le successeur d’Olivier Véran qui reste “en alerte”, au micro de RTL . Et d’ajouter : “Pour l’heure, la situation est sous contrôle”.

» continue to Maxisciences