September 30, 2022
Le Haut du Panier : Adam Sandler est excellent dans le film Netflix sur les coulisses de la NBA

L’histoire d’amour entre Adam Sandler et le basketball continue sur Netflix. Après le sensationnel Uncut Gems de Josh et Benny Safdie, dans lequel l’acteur incarnait un bijoutier/parieur fou sur le point de s’écrouler, le voilà aujourd’hui à l’affiche du film Le Haut du Panier. Dans ce long métrage signé Jeremiah Zagar, l’Américain de 55 ans campe un dénicheur de talents pour l’équipe des Sixers de Philadelphie en NBA. Après une suite de déconvenues, il découvre en Espagne un joueur extrêmement prometteur et au profil atypique. Réputé ingérable et violent, le basketteur va apprendre à canaliser ses pulsions aux côtés de celui qui deviendra vite un mentor.

Si l’histoire du Haut du Panier ne diffère pas vraiment de celle qui est traditionnellement racontée dans les films du sport — une irrésistible ascension avec son lot d’obstacles et de triomphes —, celui de Jeremiah Zagar se distingue par un traitement plus réaliste du milieu du basket. La mise en scène du réalisateur charme par sa volonté, lors des scènes de match, d’être au plus près des sensations éprouvées par les joueurs. Sèches, parfois nerveuses et toujours plaisantes, les quelques séquences où le jeu est au centre de l’attention deviennent de beaux exercices formels avec des travellings et des plans au drone spectaculaires.

On déplore souvent dans les films de sport le manque d’inventivité, qui s’explique par une méconnaissance de la discipline en elle-même, de ce qui fait sa beauté. Ici, on revient aux rudiments du basket : des superbes gestes techniques (des dunks à foison), pas mal de trash-talk et des oppositions rugueuses. Pas si loin de la réalité évoquée dans des documentaires comme The Last Dance ou Last Chance U : Basketball. Quand les Américains filment le football — pardon, le soccer — dans Ted Lasso, c’est souvent catastrophique et sans idées. Et ce même si la série est tout bonnement géniale. Mais lorsqu’il s’agit de mettre en images le basket-ball, leur emblème national, ils sont tout bonnement imbattables.

Mais ce qui fait véritablement le sel du Haut du Panier tient dans son duo d’acteurs, et plus particulièrement dans la prestation d’Adam Sandler. Souvent cantonné à des rôles comiques dans des productions au mieux oubliables, l’acteur a prouvé au fil des années qu’il pouvait se montrer extrêmement agile dans le registre dramatique. Punch-Drunk Love de Paul Thomas Anderson ou The Meyerowitz Stories par Noah Baumbach en ont même fait l’un des interprètes les plus étonnants du cinéma américain, dans sa faculté à révéler une vraie fragilité derrière son image de clown maladroit et vulgaire. 

» continue to GQ Magazine