October 4, 2022
Covid-19 : le vaccin pour les enfants serait plus efficace contre les variants

Il y a un an, la question de la vaccination des enfants contre le Covid-19 était polémique en raison de leur plus faible risque de développer de formes graves de la maladie. Et même si les bénéfices surpassaient de loin les risques, les experts s’accordaient à dire que l’idéal serait de maîtriser l’épidémie pour ne pas avoir à se poser cette question. “Si l’épidémie est contrôlée et qu’il y a très peu de cas ça ne sera peut-être pas nécessaire”, espérait le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer lors d’un entretien sur le sujet en août 2021. Pour diminuer le plus possible le risque d’effet indésirable, une version réduite du vaccin de Pfizer a été validée, contenant une dose trois fois plus faible que celui utilisé pour les adolescents et les adultes (10 μg contre 30 μg). Malgré cette plus faible dose, la vaccination des enfants s’est avérée très protectrice, tout en étant très sûre. Pourtant, le vaccin chez les enfants génère moins d’anticorps que chez les adultes. Mais ceux-ci semblent plus efficaces, selon une nouvelle étude.

L’étude a été mise en ligne en tant que preprint (pas encore revu par les pairs) le 21 mai 2022 par l’institut américain Ragon, regroupement de chercheurs de l’hôpital général du Massachusetts, du MIT et de Harvard. Ils ont comparé la réponse immunitaire après la vaccination des enfants de 5 à 11 ans avec cette dose réduite à celle des adolescents et adultes recevant la dose normale de 30 μg. Pour ce faire, ils ont collecté des échantillons sanguins de 32 enfants, 30 adolescents (12-15 ans) et 9 adultes (plus de 16 ans), avant chacune des doses et 2 à 4 semaines après la deuxième dose.

Première observation : les enfants produisaient une quantité plus faible d’anticorps contre le coronavirus que les adolescents ou les adultes. Mais il est probable que cela ne soit pas à cause d’une plus faible dose, car les adolescents aussi avaient une quantité d’anticorps plus faible que les adultes.

Cependant, ces anticorps restaient très efficaces pour mener le virus devant les cellules immunitaires capables de le détruire. Ce mécanisme se fait grâce aux récepteurs Fc, à la surface des lymphocytes et macrophages, entre autres cellules immunitaires. L’anticorps capture le virus et se fixe aussi à ces récepteurs, permettant à ces cellules de s’occuper de l’intrus. Cette reconnaissance des récepteurs Fc était plus élevée chez les adolescents et similaire entre les enfants et les adultes, malgré un nombre plus bas d’anticorps, indiquant une meilleure efficacité de ces anticorps.

» continue to Sciences et Avenir